Nos interventions sur le Social & les sujets de société

Conseils Métropolitains de Nantes

Conseil Métropolitain du 9-10 décembre 2021

Feuille de route Longévité / Vœu Métiers du Grand Age

Intervention de Valérie Oppelt

Merci Madame la Présidente. Je crois qu’effectivement Madame Collineau vous avez loupé le Ségur. Bref le Grand Débat, expérience démocratique inédite lancée à l’initiative du Président de la République justement, a été une véritable chance pour éclairer les pouvoirs publics sur les enjeux qui touchent le quotidien des français.

Les Nantais avaient pleinement joué le jeu du grand débat. Cela a permis d’obtenir un grand nombre de propositions fortes sur plusieurs sujets, notamment celui du Grand Âge.

Nous tenons par ailleurs à saluer le travail de coordination de la Métropole de Nantes dans ce cadre, et pour la qualité du rapport issu de l’atelier « Longévité : Ouvrons les possibles », dans le même esprit que le Grand Débat, et c’est pour cette raison d’ailleurs que nous voterons évidemment et que nous soutiendrons la feuille de route présentée en amont.

Malgré ces leviers d’aménagement urbain, économique, social et culturel dont dispose la métropole, le grand âge est avant tout une compétence des départements et des villes. Force est de constater que le conseil départemental de Loire-Atlantique ne figure pas dans le vœu que vous nous avez présenté en second plan.

Nous ne pouvons nier les difficultés que connaissent les personnels des établissements dédiés aux soins des personnes âgées à Nantes. Pour autant, il est tout à fait exagéré de targuer le gouvernement d’inaction ! Le rapport El Khomri de 2017, que vous citez et qui préconise un besoin de 350 000 recrutements d’ici 2025 a été d’ailleurs la base pour la politique du gouvernement pour les métiers du grand âge.

Vous parlez de perspectives, mais ce sont un grand nombre d’actions concrètes qui ont été mises en place durant le quinquennat. Alors je voudrais quand même revenir sur les chiffres parce que finalement on a entendu aucun chiffre depuis le début de ces réponses et présentations au vœu ici proposé. Alors premièrement ce sont des efforts financiers directs : 2,8 milliards d’euros pour revaloriser les salaires des personnels des établissements et services destinés aux personnes âgées dans le cadre du Ségur. D’autre part, 2,1 milliards d’euros qui ont été investis sur 5 ans pour la rénovation et les équipements des établissements médico-sociaux. Une meilleure considération des employés de services autonomie à domicile avec la création d’un tarif plancher à hauteur de 22 euros par l’heure ainsi qu’une dotation supplémentaire de 3 euros par heure pour les services qui correspondent à des critères de qualité.

Alors deuxièmement, évidemment on parle d’emploi et de formation parce que je pense qu’il faut quand même récupérer un nombre d’années assez important d’inaction. Quelques exemples là aussi : avec la mobilisation du Service Public de l’emploi et des ARS, c’est 80% des offres d’emplois pour les métiers du grand âge et de l’autonomie ont été satisfaites. Donc évidemment il reste encore ces 20 % donc on n’y est pas. Le développement accéléré de l’apprentissage : 3000€ au recrutement d’apprentis dans la formation de la fonction publique hospitalière. 12600 places de formation aux métiers du grand âge prévues dès 2020. Et enfin un service civique est aussi mobilisé avec 6000 jeunes engagés auprès de nos aînés, et il faut en remercier les jeunes.

Je voudrais aussi ajouter en plus du grand âge la situation liée au handicap parce que finalement c’est assez lié, tout ce que l’on fait pour le handicap on le fait aussi pour les personnes âgées. Donc la situation est évidemment complexe et je connais d’ailleurs particulièrement la situation locale qui est très compliquée et très liée aux problématiques de démographie. Il est primordial de reconnaître d’ailleurs le professionnalisme du secteur. C’est pourquoi là aussi le gouvernement, je voudrais le rappeler, a annoncé plus 183 euros par mois depuis le mois de novembre, date avancée d’ailleurs pour les soignants, aides médico-psychologues, accompagnants éducatifs et sociaux, auxiliaires de vie, le tout financé par l’Assurance Maladie. Ce sont plus de 100 000 professionnels qui sont pris en charge et ce malgré la dépendance en partie des départements.

Nous devons évidemment travailler mieux sur les métiers de l’accompagnement, et d’ailleurs je l’ai constaté lors d’une visite de l’ITEP la Papotière, les éducateurs spécialisés souffrent particulièrement. Mais là aussi une réponse est prévue, je tiens à vous le dire c’est une négociation avec les syndicats, employeurs et départements qui est prévue à l’occasion d’une grande conférence qui aura lieu mi-janvier. Ils ne seront pas abandonnés.

Contrairement à ce que vous prétendez, l’État, l’ARS et le législateur (alors ça c’est une nouveauté dans vos vœux étonnamment) ont donc bien conscience des difficultés que certains territoires connaissent, et le notre particulièrement, et ont anticipé les besoins futurs du secteur du grand âge. Pour preuve, la mobilisation des services publics afin de pallier aux situations urgentes, et la mise en place de moyens pour rendre ces carrières plus attractives avec de meilleures rémunérations et de meilleures conditions de travail, et ce dès l’année prochaine puisqu’il s’agit d’une urgence.

Encore une fois, nous nous trouvons confus face à ce vœu qui instrumentalise les besoins bien réels de nos citoyens à des fins démagogiques. Nous ne pouvons que vous encourager d’abandonner ces pratiques et c’est pour cette raison que nous ne participerons pas au vote de ce vœu. Merci.

Fonds de soutien 1 % métropolitain de lutte contre le sans-abrisme

Intervention de Valérie Oppelt

Merci Madame la Présidente. Notre Groupe soutient évidemment cette très belle évolution pour le sans-abrisme et nous allons évidemment voter cette délibération. Je pense que sur ce type de sujet, il faut arrêter effectivement de politiser systématiquement les situations. Je pense que dans cette réalité qui est la nôtre, qui était une réalité nationale, tous et toutes ont décidé de travailler main dans la main : l’État, les collectivités et les associations, même les entreprises s’y mettent.

J’ai plein d’exemples en tête, rue de Gigant qui est donc la dernière en date, avec l’État, la Ville de Nantes et Les Eaux vives, on a évidemment la clinique Sourdille qui permet d’accompagner les réfugiés, on a le sas dans l’ancienne auberge de jeunesse à la Manufacture des tabacs, je pourrais continuer comme ça. Et puis on a surtout l’investissement, et ça c’est très touchant, des chefs d’entreprise. Je pense à l’initiative des Bureaux du cœur qui permet aux chefs d’entreprise de s’impliquer auprès de ces personnes et de les accompagner par le logement, les accompagner aussi dans leur projet de réinsertion, et ça, je tenais à le souligner, il faut les soutenir et il faut arrêter de politiser systématiquement.

Monsieur Bainvel, vous n’êtes pas à l’exécutif actuellement, ou alors il me semble au sein de la Région, donc à la limite, que fait la Région sur ces sujets-là ? Merci.

Conseil Métropolitain du 8 octobre 2021

Rapport annuel sur l’accessibilité universelle 2020

Intervention de Matthieu Annereau

Merci Madame la présidente, chers collègues. Tout d'abord, laissez-nous regretter le fait que cette délibération intervienne en fin de Conseil Métropolitain, et c'est malheureusement répétitif chaque année. Donc notre première demande serait sur le fait que pour l'année prochaine peut être, le rapport d'accessibilité puisse être présenté plutôt sur la première partie du Conseil métropolitain. 
Pour rappeler également à toutes et tous, que nous sommes à la veille de la Journée Mondiale du Handicap, que nous saluons à cet effet les efforts qui sont faits par la Métropole en termes de diversité, d'inclusion et d’accessibilité universelle, notamment sur l'enjeu de l'habitat inclusif. Comme ça a pu être dit, la Métropole a toujours été moteur et exemplaire sur ce sujet. Reste tout de même 14 500 logements sociaux adaptables à rendre accessibles, et nous comptons sur vous pour poursuivre le travail avec les bailleurs sociaux et les acteurs associatifs, pour avancer sur ce sujet. Saluer également les efforts d'accessibilité aux services publics pour les personnes atteintes de handicap sensoriels ou moteurs, et cela a pu être mis en exergue durant notamment la crise COVID. Rappeler, et ce n'est pas la première fois que j'interviens sur ce sujet également, sur la problématique de mobilité, de déplacement doux et notamment piéton des personnes en situation de handicap, et bien plus largement un grand nombre de nos concitoyennes et concitoyens : problématique d'accès sur la voirie. Rappeler la démarche ne pas se stationner à 4 roues sur le trottoir, de meilleurs entretiens de la voirie de la part des services, ça me semble également très important. Également à nos concitoyens et concitoyennes, l'entretien de la végétation proche des habitats : cela perturbe un grand nombre de nos concitoyens en situation de handicap lors de leurs déplacements, de leur mobilité.

Également, dernier point sur lequel nous souhaitions insister, le sujet de la communication de la Métropole, qu'elle soit interne ou externe. En interne veiller à une véritable accessibilité numérique notamment dans la transcription des fichiers PDF, afin qu'il soit accessible à toutes et tous, notamment aux personnes mal et non voyantes. Et puis sur le volet de la communication externe, outre le sujet de l'écriture inclusive sur lequel on a déjà pu échanger, et bien c'est une proposition que nous souhaitons vous soumettre aujourd'hui, puisque plusieurs villes comme Paris Lyon Montpellier ou Poitiers ont expérimenté la retranscription de leurs conseils municipaux, métropolitains, en langue des signes française, par interprétariat donc. Nous pensons que la Métropole de Nantes doit avancer sur cette question, afin de rendre nos débats accessibles à toutes et tous, et notamment aux personnes sourdes et malentendantes. Je vous remercie. 

Conseil Métropolitain du 29 juin 2021

Fonds métropolitain d’appui aux innovations en santé


Intervention de Matthieu Annereau

Chers collègues, alors pour ceux qui en doutaient encore, malheureusement la crise du COVID-19 qui n’est pas encore derrière nous, nous a démontré l’importance du sujet de la santé de notre société et spécifiquement de l’attention que nous devons avoir sur les questions de recherche.

Alors, notre Métropole a pris ses responsabilités, en lien avec la Région des Pays de la Loire, en dotant ce fonds métropolitain d’appui aux innovations en santé d’un budget d’1 million d’euros au printemps dernier, et nous le saluons, avec notamment neuf projets partiellement cités qui ont pu être soutenus dans le cadre de ce fonds.

L’État a également pris ses responsabilités en la matière dans le cadre du plan de relance France Relance. Nous pouvons d’ailleurs citer les 3,5 millions d’euros injectés dans le projet médicamenteux Xenothera, ou alors la recherche en vaccins OSE immuno à hauteur de 5,7 millions par France Relance.

Nous souhaitons saluer également la démarche de l’ICO, l’Institut de Cancérologie de l’Ouest, et l’étude qui a été lancée sur 15 000 personnes faisant le lien entre cancer et COVID. L’ICO qui a des projets importants de développement que nous soutenons, l’ICO qui restera sur la ville de Saint-Herblain, nous le savons depuis plusieurs années, et depuis peu, nous avons découvert dans la presse qu’également une structure a minima, en tout cas à ce stade, du CHU Nord Laennec, restera sur le site de Saint-Herblain. Comme quoi, les choses peuvent changer et nous saluons cet esprit de pragmatisme suite à la crise que nous venons de connaître et que nous connaissons encore aujourd’hui.

Quelques autres biotechs ont été citées comme Valneva également, basée à Saint-Herblain. Cela démontre bien que les hectares disponibles, accessibles facilement sans pont, à Saint-Herblain, peuvent être une base structurante pour notre territoire, de développement d’un grand pôle de santé en recherche sur un certain nombre de biotechs déjà établies et en lien avec le CHU nord Laennec qui restera donc a minima sur place.

Suite aux remontées des différents acteurs que nous avons pu rencontrer sur place, nous vous demandons de veiller au bon entretien du site, en termes de voiries ou de propreté, car l’état malheureusement mal entretenu du site cause des difficultés pour convaincre certains financeurs de passer le cap et de faciliter le développement de certaines structures.

Aussi notre question est simple, Madame la Présidente : êtes-vous favorable à l’implantation et au développement d’un pôle de santé sur le site de nord Laennec à Saint-Herblain environnant l’ICO, les biotechs et donc le CHU nord Laennec ? Merci.

Conseil Métropolitain du 9 avril 2021

Création d’un fonds « Lutte contre le sans-abrisme »


Intervention de Valérie Oppelt

Merci Madame la Présidente. Notre Groupe souhaite saluer ce choix, cette délibération que bien évidemment nous voterons avec grand plaisir.

Cette délibération d’ailleurs n’est pas là pour pallier le rôle de l’État comme j’ai pu l’entendre, il est bien là pour être complémentaire et pour permettre à tout type de population de pouvoir bénéficier de ce logement, qui est une première nécessité du quotidien.

Malheureusement, ces situations sont de plus en plus fréquentes. Elles touchent tous les types de population et tous les milieux sociaux. C’est pour cette raison que nous voterons cette délibération.

Le Gouvernement d’ailleurs a déployé un effort considérable sans précédent et d’ailleurs, la Cour des comptes a salué cet effort considérable d’ajout de places d’hébergement pendant la crise sanitaire et même depuis 2018. Je pense à 13 000 places d’hébergement supplémentaires en 2018 par rapport à ce qui était déjà ouvert par les Gouvernements précédents.

Pour les projets, j’aimerais pouvoir avoir quelques précisions sur les futurs projets. Une petite idée que je peux vous proposer : il s’agit de l’ancienne auberge de jeunesse située à la Manu à Nantes, qui est un site qui héberge justement des personnes précaires et des demandeurs d’asile. Ce site va stopper fin juillet et je pense que ça pourrait être justement un projet à porter pour que ce lieu devienne pérenne pour cette population. Nous voterons donc ce vœu avec grand plaisir. Merci.

Conseil Métropolitain du 16 octobre 2020

Pour une accessibilité et une égalité des chances dans l'accès à l'information : n'utilisons pas l'écriture inclusive

Intervention de Matthieu Annereau

Madame la Présidente, chers collègues. Notre groupe, Les Indépendants, se réjouit bien entendu de l’enclenchement d’une charte locale de déontologie. Ça a été rappelé : tout le monde a en tête les tristes chiffres de l’abstention lors des dernières élections municipales. Je rappellerai juste que sur la ville de Saint-Herblain, c’étaient 73 % d’abstention : le plus haut taux de tout le département. Redonner confiance dans la parole politique et en ces représentants, c’est un impératif, au-delà des grands discours, par des actes concrets, par de nouvelles pratiques. C’est le but de cette charte locale et c’est une très bonne chose. La transparence, c’est également pouvoir s’adresser à tous nos concitoyens. Et à ce titre, je souhaitais aborder durant cette délibération le sujet de l’écriture inclusive puisque je vois ce type d’écriture se démultiplier dans les délibérations de notre Conseil. Je rappelle que cette écriture laisse sur le bord de la route un certain nombre de personnes – les personnes atteintes de dyslexie, les personnes atteintes de dyspraxie – et encore une fois, la transparence, c’est pouvoir faire en sorte que nos discussions, nos délibérations soient accessibles à tous nos concitoyens. C’est un sujet que j’avais déjà abordé lors du dernier mandat, Madame la Présidente. Je perçois malheureusement que les choses n’ont pas avancé sur ce sujet et pour cette raison, je vous demande clairement d’inscrire dans le règlement intérieur que l’écriture inclusive est proscrite au sein de cette assemblée métropolitaine. C’était pourtant un but d’accessibilité, ce qui est un droit fondamental d’accès, d’égalité des chances dans l’accès à l’information, des concitoyens, mais également de certains élus au sein de cette assemblée qui doivent pouvoir, comme tous les autres élus, accéder donc aux informations de notre assemblée.

Le Grand Bellevue devient une cité éducative : réjouissons-nous pour Nantes

Intervention de Matthieu Annereau

Madame la Présidente, cher(e) s collègues. Nous nous réjouissons que le site du Grand Bellevue ait été sélectionné parmi les 79 autres sites en France pour ce dispositif de cité éducative. Rappelons qu’il s’agit, à la base, comme cela a déjà été dit, d’un développement local, à Grigny (91), qui a pu faire ses preuves concrètement et de manière pragmatique, sur le terrain. Rappelons également que l’Éducation nationale est mobilisée sur le sujet de l’égalité des chances, moyennant le Plan mercredi, le dédoublement des classes de CP et CE1 en zone d’éducation prioritaire, ou le Plan “devoirs faits”. La feuille de route stratégique de ces cités éducatives travaille sur la relation parents/écoles – ce qui nous paraît très important – la promotion des valeurs de la République (laïcité, égalité entre les sexes …) et la continuité des études et l’insertion professionnelle. Cette convention est signée jusqu’en fin d’année 2022. Nous souhaiterions que nous soit présenté, ici, un point d’étape de ce qui a pu être mis en place sur le terrain, à fin 2021.