Nos interventions sur la Culture, le Patrimoine et la Coopération internationale

Conseils Municipaux de Nantes

Conseil Municipal du 18 mars 2022

Guerre en Ukraine – Aide d’urgence – Subvention au fonds FACECO


Intervention de Valérie Oppelt

Merci Madame la Maire.

Notre groupe a tout d’abord une pensée forte pour ces femmes, ces enfants qui arrivent sur nos territoires, qui quittent leur pays. Une pensée pour ces hommes qui restent en Ukraine pour combattre, pour se battre pour la démocratie. Alors je voudrais rappeler ici, la situation de l’Ukraine montre l’importance de la souveraineté européenne. C’est une vision d’ailleurs qui avait été présentée par Emmanuel Macron à La Sorbonne, cette vision et un discours sur l’Europe qui protège nos démocraties, une Europe de la défense ! Et nous saluons ici l’unité européenne, qui montre une Europe qui se construit aujourd’hui. Et je voudrais dire aujourd’hui que finalement nous sommes tous Ukrainiens !

Alors, très concrètement sur cette délibération, nous saluons cet effort qui est apporté par la Ville de Nantes, ces 40 000 euros. Nous saluons aussi cet effort de la Maison de l’Europe, de l’association Tryzub qui ont fait jusqu’ici un travail formidable, dès le lendemain, qui se sont organisés, qui se sont battus pour trouver des solutions, évidemment avec l’État.

Mais je voudrais quand même rappeler évidemment l’histoire, il ne faut pas oublier cette histoire, et les raisons politiques de ces situations en Ukraine, et les valeurs de la démocratie et des droits de l’Homme sont fondamentalement à défendre, et nous partageons aujourd’hui particulièrement ce socle européen avec les Ukrainiens.

Alors je voudrais quand même dénoncer, et d’ailleurs c’est le sénateur Claude Malhuret qui le dit, dénoncer ces extrémistes qui soient de gauche ou de droite d’ailleurs. Et il le dit lui-même, je le cite « Les extrémistes de l’extrême droite anti anglo-saxonne ou de l’extrême-gauche anticapitaliste continuent de clamer que les responsables sont les américains pour de vieilles rancunes, eux qui détestent l’Europe et veulent la combattre. » J’insiste ici, quelle que soit la couleur politique, j’insiste ici pour que l’unité soit européenne, mais soit aussi forte avec les uns et les autres. Et c’est d’ailleurs Karl Marx qui disait que « Ceux qui oublient l’histoire sont condamnés à la revivre »

Je voudrais saluer particulièrement les maires, bravo à tous ces maires, les maires de la métropole qui du jour au lendemain ont trouvé des solutions pour loger les familles ukrainiennes, qui ont trouvé des solutions pour les accompagner parce que ce n’est pas uniquement le logement. Ce sont aussi les écoles parce qu’il y a beaucoup d’enfants qui arrivent sur nos territoires ; tout l’aspect santé, il y a un travail formidable qui est fait d’ailleurs avec l’État via l’ARS ; et je voudrais rappeler ici cette plateforme importante qui existe « Je m’engage pour l’Ukraine », qui permet aux bénévoles et aux personnes qui pourraient loger de se signaler.

Enfin je pense que les collectivités qui ont fait un travail rapide, peuvent aller maintenant peut-être plus loin avec les associations, avec les entreprises, pour pouvoir accompagner avec l’apprentissage de la langue française, mais aussi tout l’aspect travail. Parce que toutes les personnes qui arrivent sur notre territoire sont demandeurs de pouvoir s’intégrer par le travail pendant la période où ils seront présents.

Je voudrais saluer aussi le CCAS qui a notamment dépanné très très rapidement en attendant de trouver des solutions. Sur les sujets de transport merci Madame la Maire, d’avoir débloqué des situations pour des familles qui viennent d’arriver et qui ont pu bénéficier immédiatement de tickets transports en attendant la suite.

Nous avons ici une demande particulière à vous faire, je vois que vous êtes en connexion avec certaines villes ukrainiennes. Je pense que la Ville de Nantes pourrait commencer à s’intéresser à un jumelage dans le futur, pour aller plus loin avec ces villes et créer des connexions plus fortes avec l’Ukraine. Je vous en remercie.

2022, 10 années après l’inauguration du mémorial de l’abolition de l’esclavage – Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition du 10 mai 2022 – Subventions


Intervention de Erwan Huchet

Madame la maire, mes chers collègues,

Nous vivons des moments bien difficiles, qui font résonance avec cette délibération.

Dans ces temps où certains, par la résurgence d’un fantasme pour les empires coloniaux, pour l’asservissement des peuples, passé que nous avions cru révolu et qui pourtant semble se répéter à nos portes, avec la tentative d’annexion de l’Ukraine par le dictateur Vladimir Poutine, à l’heure où l’imaginaire d’extrême droite, porté par des candidats à la présidentielle, veulent, par obsession, réviser notre histoire pour nourrir leur haine profonde de notre République, à l’heure, où, ici à Nantes, encore hier, un réseau de traites d’êtres humains a été démantelé par notre police, plus que jamais, il nous faut regarder en face notre passé pour mieux comprendre le présent.

Ces hommages, ces expositions, par leur qualité historique, narrative, pédagogique, ce mémorial, le seul en France, et Nantes peut en être fier, sont les instruments d’une reconnaissance, nécessaire pour nous-mêmes et les générations futures.

Nous sommes un pays qui a un passé colonial, et notre responsabilité, notre devoir, c’est de dire et reconnaitre les crimes historiques passés, pour mieux les dénoncer, les surmonter collectivement, apaiser les mémoires, pour en faire un hymne à la tolérance, à l’humanisme. Pour rappeler, que l’impérialisme, l’égoïsme, la négation de l’autre, le racisme, le nationalisme, sont des théories d’un autre temps, disqualifiées par l’histoire et par ce qu’elles ont produit, de drames, de malheurs et

de douleurs.

Les français qui ont la chance d’habiter dans un pays libre, dont les valeurs sont la liberté, l’égalité, la fraternité, ne laisseront pas ces idées nauséabondes, être majoritaire dans notre République.

Alors, oui, il faut aller au Mémorial et voir l’exposition l’Abîme, comme il faut aller à Yad Vashem ou à Auschwitz et se rappeler que le mépris et la haine, la xénophobie et le racisme, le nationalisme et l’intégrisme, sont les plaies ouvertes de nos histoires humaines.

Aimé Césaire, lors de son fameux discours sur le colonialisme disait ceci : "Quand le colonisateur s’habitue à voir et traiter l’autre en bête, il tend objectivement à se transformer lui-même en bête".

La fraternité, l’esprit des lumières doivent plus que jamais être défendus.

Nous soutenons donc ces manifestations, la mobilisation des acteurs locaux qui, par l’éducation et la connaissance, nous invitent à ne pas oublier, à transmettre cette mémoire, afin d'éviter qu’elle ne s’efface et que les abominations du passé ne se reproduisent à tout jamais.

Je vous remercie de votre attention.

Conseil Municipal du 28 janvier 2022

Réalisation d’un lieu culturel transdisciplinaire de création et de diffusion dénommée « Friche culturelle Mellinet » – Programme et enveloppe financière prévisionnelle – Lancement d’une consultation de maîtrise d’œuvre 

 

Intervention d’Erwan Huchet 

Merci Madame la Maire. Quelques mots pour vous dire que bien évidemment, nous soutenons ce beau projet, un projet d’art et de culture. Tout cela est toujours très intéressant à mettre en œuvre dans notre collectivité. 

Nous notons que c’est un lieu de création. Il y a une nouvelle scène culturelle. Il y a également une salle de diffusion semi enterrée. C’est quelque chose qui nous paraît extrêmement positif. Nous notons néanmoins un point, une remarque et une question. 

Tout d’abord, et nous en avons parlé en commission, je crois que cet équipement, qui est à l’intérieur d’une nouvelle ZAC, ne bénéficie pas, finalement, d’une participation financière de la ZAC à la création de ce nouvel équipement public. Tout à l’heure, lors du budget, nous parlions… Et évidemment, vous nous posiez la question sur les différentes dépenses. C’est vrai que lorsque l’on engage des dépenses, il est bien aussi de prévoir des recettes qui soient autres que fiscales. Il est possible, lorsque l’on crée des ZAC, de faire participer celles-ci aux investissements des équipements publics. Cela aurait donc sans doute eu du sens que la ZAC y participe. Cela, c’était une remarque. 

La deuxième question, c’est que les ateliers Bitche vont être dans ce futur lieu. Nous pouvons nous féliciter de ce changement de locaux et nous espérons que ce changement de locaux sera finalement le point de démarrage de l’extension de la Cité des Congrès puisque, comme vous le savez, l’extension de la Cité des Congrès a été votée au Conseil Métropolitain il y a quelques mois, quelques années de cela. Aujourd’hui, il y a un moratoire. Peut-être que ce changement de local permettra cette extension, que les Nantais attendent. Je vous remercie de votre attention. 

Patrimoine – Subventions – Conventions et avenants – Soutien de la Ville à la préservation et à l’amélioration du patrimoine urbain 

 

Intervention de Valérie Oppelt 

Merci, Madame la Maire. Une intervention rapide pour saluer cette délibération, que nous voterons, évidemment, parce que c’est tout simplement une délibération qui met en valeur notre patrimoine. Je pense particulièrement au patrimoine immatériel qui parle de notre histoire, en particulier notre histoire liée à l’esclavage à Nantes, par l’intermédiaire des Anneaux de la mémoire, notamment. 

C’est aussi l’occasion pour nous de saluer l’exposition « L’Abîme », qui est vraiment une exposition incroyable, et de dire également qu’il y a d’autres associations qui travaillent sur ces sujets. J’ai rencontré assez récemment l’association Coque nomade, qui aide, dans les écoles, à sensibiliser sur notre histoire nantaise et qui a pour projet la réplique du navire l’Aurore, navire négrier du XVIIIe siècle, avec aussi cette histoire ancienne et plus moderne d’esclavage. Je pense qu’il peut être intéressant d’aller les revoir. Je voulais en tout cas saluer cette délibération, particulièrement sur l’aspect du patrimoine immatériel. Je vous en remercie. 

Conseil Municipal du 17 décembre 2021

Vœu pour que l’art et la culture ne soient plus empêchés


Intervention de Valérie Oppelt


Merci, Madame le Maire. Ce vœu que nous portons aujourd’hui en réaction à l’entrave intolérable de ce concert d’Anna von Hausswolff à l’église Notre-Dame-de-Bon-Port par un groupe d’intégristes, il faut le dire, nous le saluons, car il est de notre responsabilité de s’engager contre ces méthodes contraires à nos valeurs. La démocratie ne sort pas grandie de ce type de violence et de contestation. La culture a d’ailleurs beaucoup souffert pendant la crise sanitaire et c’en est d’autant plus choquant. Nous nous devons de respecter toutes les cultures.

Nous condamnons évidemment toutes les philosophies et idées radicales. Toutes les occupations ou entraves à l’activité culturelle doivent être dénoncées, qu’elles soient d’ailleurs dans une église ou dans un théâtre, comme le théâtre Graslin. Toutes représentent une violence symbolique qui n’a pas sa place dans notre société.

De la même manière, rappelons tout de même que tout ce qui est objet lié à la culture doit se faire. Ce ne sont d’ailleurs pas des prières qui empêchent les personnes de rester sur les bords de l’église. Ce ne sont pas des prières, ce sont bien des violences. Nous tenions, nous, à ce mot « violences », puisque la violence n’est pas forcément la violence physique. Elle peut être aussi une violence morale, une violence psychologique. En l’occurrence, c’est bien le cas.

Je rappelle d’ailleurs que cette violence, nous l’avons subie, enfin moi, je l’ai subie, en tout cas, en tant qu’élue, et que beaucoup d’élus la subissent. J’ai en tête l’exemple du théâtre Graslin où un jour, certains occupants du théâtre Graslin sont venus frapper à la porte de mes collaborateurs, les harceler pendant plus d’une heure, écrire sur la porte, mettre des tags sur les trottoirs, etc. Je remercie d’ailleurs la Ville de Nantes qui a fait le nécessaire pour nettoyer.

Donc cette violence, elle existe, elle existe partout, et l’objet culture, la culture doit être protégée dans toutes ses formes, qu’elle soit dans des théâtres, dans des églises ou autres.

De manière générale, ce vœu nous permet de condamner toutes ces violences, qu’elles soient réalisées par des intégristes, de gauche ou de droite : ce n’est pas un problème de couleur politique. En tout cas, toutes ces violences doivent être condamnées. Nous insistons sur ce point-là. C’est pourquoi nous voterons évidemment avec vous et avec beaucoup d’enthousiasme ce vœu, puisqu’il était nécessaire et qu’il est important de le porter aujourd’hui. Merci.


Nouvelle intervention de Valérie Oppelt


Je voudrais simplement répondre, parce que nous partons sur des choses qui sont complètement faussées. Encore une fois, la culture doit être soutenue à tout niveau dans tous les lieux. Le droit de grève n’est pas le droit à l’occupation d’un bâtiment public. Ce ne sont clairement pas du tout des méthodes à mettre en place. Et clairement, moi, je suis intervenue particulièrement sur les méthodes que je condamne, que j’avais déjà condamnées, mais sans aucun soutien ni aucun soutien de votre part, Monsieur Seassau, sur les méthodes qui avaient été appliquées de harcèlement, c’est le cas de le dire, et de forme de violence morale sur mes collaborateurs, ce jour d’occupation du théâtre Graslin.

Ces personnes s’étaient déplacées et d’ailleurs, j’ai porté plainte, pour, encore une fois, harceler mes collaborateurs, taper sur les portes, dégrader l’outil utilisé par des élus. Et là, clairement, j’attendais de votre part une condamnation, au même titre que les condamnations de tout type de violences, quelles qu’elles soient, que ce soit la culture et ce que nous condamnons évidemment tous et toutes aujourd’hui. Je préférais rectifier ce point, qui me semble important.

Conseil Municipal du 15 octobre 2021

Subventions au développement culturel


Intervention de Erwan Huchet

Merci Madame le Maire. Je m’aperçois que notre ami adjoint fait de plus en plus du “en même temps”, je savais déjà qu’il aimait beaucoup le “quoi qu’il en coûte”, donc je tenais à le souligner. En tout cas, vous dire qu'évidemment nous allons voter cette délibération. Je vois qu’il y a aussi la possibilité dans cette délibération de récupérer un certain montant de 500 000€. Comme nous avons, comme vous avez indiqué qu’il y aurait 1 million d’euros pour la culture dans le cadre de l’effort de la Ville de Nantes pour soutenir les associations, une question me vient. Est-ce que ces 500000 vont être mis en complément de ces 1 million ou est-ce qu’ils vont être justement mis dans le panier commun ? Puisque ce retour à bonne fortune finalement va peut-être permettre de diminuer la facture des 1 million à 500000. Voilà ça c’est une première question.

Ensuite j’aurais une autre question, qui concerne un projet enthousiasmant. C’est un dossier qui a été déposé à la Ville déjà depuis un petit moment, qui concerne la Maison Petits et Grands. Il s’agit d’un projet formidable, un projet d’avenir qui à notre avis a non seulement du sens, mais est innovant mais unique, car tourné à la fois vers la culture et la parentalité. Dans le prolongement du festival Petits et Grands, il s’agit de la construction d’un lieu culturel entièrement lié à l’enfance et à la famille. Lieu qui aujourd’hui n’existe pas à Nantes Il répond à un besoin culturel et social, permettrait la revitalisation dʼun espace en friche sur lʼîle de Nantes. Madame le Maire et vous Monsieur l’adjoint, vous avez reçu déjà depuis plusieurs années je crois les porteurs du projet. Aussi comme vous le savez, est un projet sérieux et un projet abouti. Il faut maintenant et à notre avis, après tant d’années, passer à l’action. Comme nous entrons dans les moments de préparation budgétaire, nous nous permettons de rappeler que la Ville ne doit pas passer à côté et qu’elle doit soutenir pleinement ce type d’initiatives, surtout lorsqu’elle s’adresse à l’ensemble des familles nantaises et à des publics d’enfants qui ont été fortement impactés par la crise sanitaire. Nous pensons aussi que ce projet, Monsieur l’adjoint, doit se concrétiser à Nantes, et non ailleurs. Aussi, ma question est simple : prévoyez-vous d’y répondre favorablement ? Et si oui, de quelle manière et à quelle échéance ? Pour ce type de projet, il en va comme pour les entreprises finalement, le rôle de la collectivité n’est pas de compliquer les belles initiatives, celles qui ont du sens, mais bien de les accompagner et de leur permettre de se développer. Je vous remercie de votre réponse.

Aide d’urgence à Haïti

Intervention de Erwan Huchet

Haïti avec qui nous, partageons une histoire commune, une langue, des liens forts, si durement touchées par les malheurs depuis de longues années, voit sa population encore meurtrie par une catastrophe. En votant cette subvention, non seulement nous démontrons l’importance de la solidarité internationale. Mais nous rappelons que ces valeurs de solidarités, ces valeurs cardinales qui fondent notre République, nous rassemblent. Et je crois que c’est important de la rappeler à l’heure où certains xénophobes sont candidats à la fonction suprême et tentent de réécrire l’histoire de France. Oui, il est sain qu’ensemble, nous nous retrouvions sur ces sujets comme sur d’autres demain pour rappeler ce qu’est la France, que nous sommes aussi tous des citoyens de ce petit monde et qu’il est donc essentiel pour nous de voter ce type de délibération.

Conseil Municipal du 25 juin 2021

Indisponible pour le moment

Conseil Municipal du 2 avril 2021

Plan de soutien pour la culture


Intervention de Erwan Huchet

Merci, Madame la Maire. Je ne vais pas citer Robespierre, mais soutenir la culture, c’est aimer la France et cela, c’est un ancien Premier ministre qui disait cela, qui a participé à une primaire. À l’heure de cette troisième vague de Covid-19, à l’heure où le monde, essentiel, de la culture subit cette crise de plein fouet et depuis des mois, comme beaucoup de secteurs, à l’heure où notre ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, lutte avec courage pour sa vie – j’ai une pensée pour elle et vous l’avez eue aussi, Madame la Maire, et pour tous ceux qui se battent contre ce virus mortel –, nous ne pouvons qu’être à côté de toutes les initiatives légales et notamment, celles de la Ville pour aider les acteurs locaux qui en ont besoin. C’est pourquoi nous voterons bien évidemment cette délibération.

Pour ce qui concerne ce qui a été dit dans la presse sur l’occupation du théâtre, et il y a eu des échanges, je souhaiterais préciser un certain nombre de choses. Tout d’abord, l’État joue son rôle et les acteurs le savent, car lorsqu’un très bon journal comme Presse Océan leur demande comment ils s’en sortent, ils répondent la chose suivante : « c’est grâce à l’État ». Ensuite, la porte n’a jamais été fermée à la discussion. Nous rappelons qu’il existe des espaces de dialogue, des fonds d’urgence de solidarité et de soutien et que l’État, comme le fait la Ville aujourd’hui, met énormément de moyens et se mobilise pour soutenir les équipes artistiques, pour aider les plus fragiles, préparer la reprise et aussi, accompagner les jeunes diplômés qui commencent leur carrière dans des conditions particulièrement difficiles. C’est cela, être aux côtés des acteurs culturels.

Enfin, sur cette occupation qui, jusque-là, était plutôt sympathique, et Valérie Oppelt y reviendra tout à l’heure, sur cette occupation, les Nantais nous interrogent : est-ce que la Ville est d’accord avec cette occupation ? Combien de temps cela va-t-il durer ? Ces questions sont légitimes, surtout lorsque l’on voit certains élus instrumentaliser cette occupation et faire des conférences de presse à l’intérieur de notre théâtre. Alors oui, revendiquer, faire connaître son désarroi, ses revendications – et tout à l’heure, on parlait de colère –, c’est légitime. Mais nous regrettons la méthode, qui consiste à occuper un bâtiment public municipal. Cela, à mon avis, crée des précédents et ces précédents-là, nous pourrons en effet avoir à en subir les conséquences plus tard.

Avec la nouvelle vague du variant anglais, j’imagine ce qui se dirait aujourd’hui si notre président avait cédé à la pression des maires, qui demandaient, il y a quelques jours à peine, de rouvrir les théâtres. Nous le savons tous, les lieux clos, ce sont des lieux où l’on se contamine. Il y a déjà un cluster à la médiathèque. Or un théâtre est un espace confiné.

Certains pensent que les occupants respectent bien les gestes barrières. Soit. Nous verrons. Lorsque l’épidémie accélère, lorsque l’État ferme les établissements scolaires pour freiner la propagation du virus, quel est le sens, actuellement, de l’occupation de notre beau et vieux théâtre ? Nous ne sommes plus à l’heure des happenings, des rassemblements non déclarés, qui participent à la dégradation sanitaire. Mais nous sommes, comme l’a dit Madame la Maire, à l’heure où il faut faire face avec responsabilité. Je vous remercie de votre attention.


Intervention de Valérie Oppelt

Merci, Madame la Maire. Je voulais compléter l’intervention de mon collègue Erwan Huchet car je souhaite condamner ce qui se passe actuellement à ma permanence parlementaire. En effet, moi-même, je suis allée voir les intermittents au théâtre Graslin, soutenue par certains élus de la majorité. J’ai échangé avec eux, j’ai posé une question à notre ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, concernant leur situation, qui, effectivement, est compliquée et difficile, j’en ai conscience. Cependant, je ne peux accepter ce qui se passe actuellement à ma permanence : ils tentent d’occuper ma permanence. Ils tentent d’investir un immeuble de bureaux où se situe ma permanence parlementaire, où se situent d’autres entreprises, comme l’entreprise EMC, l’Adresse gare sud, qui, actuellement, sont en train de subir une forme de violence vis-à-vis de cette occupation. Je la condamne donc fermement et j’espère que ce site sera évacué et qu’effectivement, ces méthodes s’arrêteront. La démocratie ne sort pas grandie par ce type de méthode et de

contestation. Je vous en remercie.


Nouvelle intervention de Valérie Oppelt

Oui, Madame la Maire. Je souhaitais, une bonne fois pour toutes, réagir aux propos d’Aymeric Seassau, qui pense que pour ne pas diviser et ne pas opposer, il faut occuper. Effectivement, des autocollants ont été mis sur des immeubles. Je pense que c’est une forme de dégradation. Ce n’est pas ainsi que nous allons avancer sur de justes causes, la juste cause qui est la culture. Je voulais à nouveau dire à quel point je suis choquée par ces méthodes, par ces méthodes de menaces, parce que j’ai une collaboratrice qui est traumatisée, aussi. Elle est en télétravail, mais elle a sur son téléphone portable des appels, du harcèlement. Ces appels continuels sont du harcèlement. Et bien sûr, sur les réseaux sociaux, par ces appels à aller occuper ma permanence.

Je souhaite donc vraiment être très ferme là-dessus et condamner. Ce n’est pas de cette manière nous allons tous avancer les uns et les autres. La culture est évidemment essentielle pour les jeunes, les moins jeunes, pour toutes et tous et particulièrement en ce moment. Et croyez que notre ministre et le gouvernement sont mobilisés, que nous sommes mobilisés pour que ces salles, ces musées puissent rouvrir le plus rapidement possible. Mais ce n’est pas avec ces méthodes, qui traumatisent mon équipe, au passage, qui traumatisent tout le monde, que nous allons pouvoir, toutes et tous, avancer. Merci, Madame la Maire, de m’avoir permis de compléter mes propos.

Conseil Municipal du 9 octobre 2020

Préservons et mettons en valeur le patrimoine Nantais


Intervention de Valérie Oppelt

Notre groupe sera attentif à tous les sujets relatifs au patrimoine. Il nous semble important de mettre en valeur notre belle ville et surtout, d’éviter des situations comme celle que nous avons vécue avec l’ex Hippopotamus, malheureusement. Je pense qu’il faut préserver les pépites du patrimoine nantais.

Madame la Maire, que comptez vous faire concernant les travaux du théâtre Graslin ?

Nous savons que la pierre de tuffeau, pierre calcaire, est une pierre fragile qui absorbe l’eau et que

finalement, suite à cette belle oeuvre du Voyage à Nantes, nous avons récupéré un théâtre Graslin dans un état assez catastrophique. Qui va payer ces travaux ? Comment cela va-t-il s’organiser et surtout, est-ce que les assurances vont intervenir sur cette situation du théâtre Graslin ?

Solidarité fraternelle et internationale à nos amis libanais

Intervention de Mounir Belhamiti

Madame le Maire, je tenais à réagir aux propos de Monsieur Thiriet. Je vous le dis clairement, Monsieur Thiriet, associer des souffrances qui n’ont rien à voir et, les mettre en concurrence est un procédé qui me dégoûte. Parce que votre discours, c’est cela. C’est : pourquoi faire au Liban ce que nous pourrions faire au quartier des Dervallières ? C’est ce que vous nous dites, et moi, je trouve cela abject. Encore une fois, je soutiens des deux mains et des deux pieds, et ensemble, notre groupe, nous soutiendrons cette délibération. C’est l’exercice de la fraternité que de faire cette solidarité internationale. Et nous saluons justement cette délibération.

J’irai même plus loin : si vous vouliez faire une proposition d’ancrage local de cette expression de solidarité, pourquoi pas, Madame la Maire, c’est une proposition que je formule ici, planter un cèdre dans un des parcs de la ville en hommage aux victimes de ce terrible accident et en hommage aux liens que nos deux villes portuaires tissent depuis de nombreuses années ? Je sais qu’ici, beaucoup ont été touchés dans leur chair à la suite de cette explosion et vraiment,

Monsieur Thiriet, je vous demande d’arrêter de mettre en concurrence ces souffrances, parce que le sujet que vous décrivez est un vrai sujet mais que pour le coup, c’est vraiment hors sujet. Merci, Madame la Maire, et je vous réitère ma proposition de symbole, en illustration de cette fraternité qui honore notre ville et qui honore les Nantaises et les Nantais.

Is règles, et les rappeler ici est un